Régionalisation à la sauce PLQ : Intéressant selon le député Harold LeBel mais…

Le député Harold LeBel (Photo de courtoisie)

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale du Québec, Harold LeBel, accueille avec ouverture les propositions récentes de la chef du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, concernant la régionalisation au Québec.

Le député indépendant souligne que si madame Anglade veut se distancier des années de gouvernements libéraux, qui ont malheureusement déstructuré les régions en abolissant unilatéralement les Conférences régionales des élus (CRE) et les Centres locaux de développement (CLD), c’est un bon pas. De plus, il ajoute que les libéraux d’autrefois ont également fermé nombre de directions régionales de différents ministères et organismes, minant la sensibilité gouvernementale envers les enjeux des régions. Toutefois ça le rassure de voir les libéraux adopter une tout autre philosophie à ce chapitre.

« Je signale tout de même à la chef libérale que bien qu’il s’agisse d’une idée très pertinente, elle n’a rien inventé en proposant de créer des postes de sous-ministres dans chaque région. Le Parti Québécois avait déjà implanté pareille solution par le passé », rappelle le député de Rimouski. « Cela peut fonctionner, mais à une importante condition : ces futurs sous-ministres devront agir comme superviseurs de tout ce qui se discutera dans les autres ministères concernant leurs régions respectives. Si on met en œuvre cette pratique, alors, on commencera à abolir la vision gouvernementale et ministérielle en silos, qui handicape tellement notre développement », insiste-t-il.

De plus, le député LeBel rappelle que lors d’un colloque organisé par le Parti Québécois et lui en mars 2017, on proposait déjà, de remettre en place dans les régions ces sous-ministres relevant du premier ministre. Si les libéraux empruntent ce chemin, cela pourrait faire sourire, mais il préfère s’en réjouir.

« Il ne reste qu’à la CAQ d’adopter une façon de voir les choses moins superficielle que la supposée décentralisation des effectifs de fonctionnaires annoncée récemment et nous verrons peut-être l’avenir des régions figurer réellement au cœur de la prochaine campagne électorale. C’est ce que je souhaite de tout mon cœur de Bas-Laurentien! », conclut Harold LeBel.