Recherche de volontaires pour prêter main-forte au sein du système de santé au N-B

Las ministre de la Santé du N-B, Dorothy Shephard (Photo: Gouvernement du Nouveau-Brunswick)

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick est à la recherche urgente de volontaires pour effectuer des tâches rémunérées et non rémunérées dans le cadre de ses efforts de lutte contre la pandémie.

« Comme nous l’avions prévu, le variant Omicron du virus de la COVID-19 cause une hausse des hospitalisations ainsi qu’une augmentation des absences au sein du personnel, ce qui exerce des pressions sur toutes les composantes de notre système de santé », a déclaré la ministre de la Santé, Dorothy Shephard. « Nous demandons à toutes les personnes qui peuvent aider au niveau du travail clinique et non clinique de répondre à l’appel. »

Le travail clinique comprend l’administration des vaccins ainsi que des tests de dépistage de la COVID-19, les services aux patients et le travail de soutien aux personnes. Le travail non clinique comprend le soutien administratif, la gestion de bureau, le soutien logistique, l’entrée de données, le service à la clientèle, ainsi que la préparation et la livraison de nourriture.

Une formation propre aux tâches qui seront effectuées – y compris une formation en santé et sécurité – sera offerte, et l’équipement de protection individuelle requis sera fourni.

Les personnes qui désirent se prêter volontaires sont priées de remplir un formulaire en ligne. Chaque personne sera contactée, mais la priorité sera accordée aux gens qui peuvent aider dans les secteurs où les besoins sont les plus criants.

Hospitalisations

La Santé publique a signalé que 15 personnes se trouvent à l’unité de soins intensifs et que 98 autres personnes sont à l’hôpital, ce qui porte à 113 le nombre total de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19.

Parmi les personnes présentement hospitalisées, 59 ont été admises pour d’autres raisons que la COVID-19.

Il y a présentement 347 travailleurs de la santé qui ont obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID-19 et qui sont en isolement.

Parmi les 15 personnes qui se trouvent à l’unité de soins intensifs, 67 pour cent ne sont pas vaccinées, sont partiellement vaccinées ou plus de six mois se sont écoulés depuis qu’elles ont obtenu leur deuxième dose.