Ottawa recule sur la vaccination des camionneurs en accordant un sursis

(Photo econord.com)

Les camionneurs qui franchissent la frontière canado-américaine n’auront finalement pas besoin d’être vaccinés pour le 15 janvier.

Ce reculement va entre autres permettre aux entreprises d’avoir un peu de répit face à la difficulté d’approvisionnement depuis le début de la pandémie. L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a indiqué que les routiers canadiens souhaitant entrer au pays n’auraient pas à se placer en quarantaine s’ils n’étaient pas vaccinés ou s’ils n’avaient reçu qu’une seule dose de vaccin.

Pour l’instant, il n’y a pas de nouvelle date butoir. Sur une note plus certaine, les camionneurs pourraient se voir refuser l’entrée aux États-Unis à compter du 22 janvier s’ils ne sont pas adéquatement vaccinés, selon plusieurs médias américains. Toutefois, Bidden n’a rien confirmé à ce sujet. Chose certaine, le 22 janvier ne laisse pas assez de temps pour les camionneurs qui n’ont aucune dose de vaccin.

L’industrie du camionnage et le milieu des affaires demandent au gouvernement Trudeau d’attendre encore quelques mois avant de serrer la vis aux camionneurs non-vaccinés. Sans cela, la chaine d’approvisionnement déjà durement affectée par la pandémie risquerait de rompre.

Lors d’un récent sondage, l’Agence canadienne du camionnage a estimé à 12 000 le nombre de camionneurs qui ne pourrait plus traverser la frontière sur 120 000, soit 10%.