Objectif de réduction des déchets : Le Témiscouata fait mieux que le Québec

Maxime Groleau (Photo de courtoisie)

Le Québec doit opérer un grand virage s’il veut enfin parvenir à réduire la production de déchets de ses citoyens et éviter l’aménagement de nouveaux dépotoirs, a conclu une commission du Bureau d’audience publique en environnement (BAPE) dans un rapport dévoilé cette semaine.

Selon les évaluations du BAPE, chaque citoyen du Québec produisait, en moyenne, 724 kg de déchets qui ont dû être éliminés en 2019. Ce faisant, tout porte à croire que l’objectif du gouvernement de ramener ce total à 525 kg par personne sera un échec. Et ce n’est pas tout, le ministère de l’Environnement lui-même reconnaît que, selon un scénario «réaliste», cet objectif ne sera pas atteint avant 2041, tandis que la majorité des dépotoirs existants seront remplis d’ici là. 

Au Témiscouata cependant on atteint l’objectif du gouvernement, comme le signale ici, Maxime Groleau, directeur général de la Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata (RIDT).

Maxime Groleau 1

Mais même si ça va relativement bien au Témiscouata, Monsieur Groleau affirme que l’on pourrait toutefois faire encore beaucoup mieux, c’est pourquoi on implantera le compostage d’ici la fin de l’année sur le territoire Témiscouatain.

Maxime Groleau 2

Enfin, le BAPE le souligne à gros trait, le déchet le plus facile à gérer, c’est celui qu’on ne produit pas et il y a une limite à essayer d’enfouir nos problèmes. On doit absolument changer de stratégie et miser d’abord et avant tout sur la réduction à la source et le réemploi.

Voici l’entrevue complète avec Maxime Groleau, qui participait mercredi à l’émission Info Plus sur les ondes de Plaisir 95,5.

Entrevue Maxime Groleau