Marie-Eve Proulx et Denis Tardif militent en faveur du projet de loi 66

La ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx et le député de Rivière-du-Loup-Témiscouata, Denis Tardif, soulignent l’importance pour le Bas-Saint-Laurent de l’adoption du projet de loi 66, loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure, déposé le 23 septembre dernier par la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

Le projet de loi no 66 vise à alléger des procédures sans réduire ou modifier les normes existantes, afin de démarrer plus rapidement d’importants projets d’infrastructures et ainsi stimuler l’économie du Québec. Il a été élaboré afin de répondre aux attentes en matière de rigueur, d’intégrité et de protection de l’environnement. Il cible des mesures d’accélération bien définies et circonscrites à certains projets visant l’expropriation, le domaine de l’État, l’environnement, l’aménagement et l’urbanisme. On estime les gains de temps entre 2 et 36 mois pour la réalisation des infrastructures figurant dans le projet de loi.

Au Bas-Saint-Laurent, les projets suivants profiteront des mesures du projet de loi 66 :

1. La construction d’une école primaire à Rimouski (Lab-École);

2. La construction de la Maison des aînés à Rimouski;

3. Le réaménagement de la route 293 dans le secteur au sud du 2e rang (réaménagement de courbes à Notre-Dame-des-Neiges);

4. La reconstruction de la route 132 et du pont Arthur-Bergeron sur la rivière Mitis à Grand-Métis

Le gouvernement fait ainsi le choix de stimuler l’économie en misant sur l’accélération de projets modernes au bénéfice des citoyens, des familles et des entreprises québécoises.