Les camionneurs des provinces maritimes de passage dans la région

Les camionneurs des provinces maritimes, prenant part au « Convoi de la liberté », se sont arrêtés hier soir vers 9h15 au Big Stop à Saint-Antonin pour la nuit. Les nombreux manifestants ont accueilli le convoi bruyamment.

Plus d’une centaine de manifestants étaient réunis sur place avec des affiches, malgré les basses températures, pour accueillir la centaine de camionneurs des provinces maritimes. Des drapeaux du Canada, du Québec, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve étaient accrochés aux véhicules. On pouvait lire sur certains d’entre eux des messages comme ; « Fin du mandat » ou « retrouver la liberté ».

Certains manifestants de la région comptent aller à Ottawa. Leur point de vue demeure cependant sensiblement le même.

« On est complètement écœuré de ça, on a pu le droit de vivre à cause de cette urgence sanitaire. Oui je suis d’accord, il y a un virus. Moi ce que je revendique c’est la fin de l’urgence sanitaire », expliquait l’un des partisans en provenance de Rivière-du-Loup.

Selon l’organisation de la Nouvelle-Écosse, le convoi entre le Québec et le Nouveau-Brunswick a atteint plus de 10 kilomètres de longueur. « Le groupe s’est dispersé entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick. On est environ 7000 en provenance des maritimes, mais plusieurs on décider de dormir ailleurs ce soir pour prendre de l’avance ou attendre à demain pour attaquer la route.» Pour leur part, les camionneurs de Terre-Neuve-et-Labrador sont partis depuis mardi. « Moi je viens de Saint John’s et il n’y a pas un pont ou viaduc qui était vide sur mon chemin. Nous avons pris le traversier de Channel-Port-aux-Basques à Sydney en Nouvelle-Écosse. On a ensuite fait des arrêts à New Glasgow, Truro et on a dormi hier soir à Endfield. Après on a passé par Moncton, Frédéricton et Grand-Sault pour se rendre jusqu’ici. Partout où l’on va, les gens sont là, avec des feux d’artifice, de la nourriture, c’est fou! »

« Je n’ai jamais vu autant de drapeaux canadiens dans ma vie! » A lancé un homme organisateur dans un mégaphone, après avoir dit à tous les camionneurs de venir se chercher à manger dans sa remorque, pleine de petits sandwichs et de nourriture non périssable.

L’accueil de ses camionneurs s’est fait dans le respect. Selon les caissiers du Couche-Tard, personne n’a été violent. La Sûreté du Québec a encadré les lieux avec rigueur.