Le Bloc Québécois réclame qu’internet haute vitesse devienne un service essentiel

Maxime Blanchette-Joncas

La crise de la COVID-19 amène le Bloc Québécois a réclamé encore une fois au gouvernement fédéral qu’il agisse pour assurer l’accessibilité à Internet pour tous.

Le Bloc Québécois a déjà fait parvenir une correspondance au ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, il y a deux semaines pour le sensibiliser à la situation, mais cette demande est malheureusement restée lettre morte. Le Bloc Québécois demande donc au gouvernement d’agir rapidement :
• En obligeant les fournisseurs à plafonner le coût des services Internet et des forfaits cellulaires et à éliminer les limites de données mensuelles de ces forfaits;
• En reconnaissant l’accès à Internet haute vitesse comme étant, en 2020, un service essentiel;
• En s’engageant à accélérer le déploiement de la fibre optique, ou toute autre technologie appropriée, permettant l’accès à Internet haute vitesse dans les régions moins bien desservies, et ce, dès que la situation le permettra.

Pour Maxime Blanchette-Joncas, il faut mettre en place ces solutions dès que possible : « Il ne se passe pas une semaine sans que des citoyens de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques nous interpellent à ce sujet. Nous avons une foule d’exemples de personnes qui doivent débourser des sommes faramineuses chaque mois pour avoir accès à un service, souvent inadéquat, afin de pouvoir travailler de la maison. C’est aberrant et inacceptable!

« À partir du moment où on oblige les gens à demeurer confinés chez eux pour une question de santé publique, on doit prévoir qu’ils devront avoir accès à des services technologiques, que ce soit pour le travail, les études ou simplement pour rester en communication avec leurs proches. Internet haute vitesse n’est même pas une option disponible pour plusieurs personnes en région, ce n’est pas normal en 2020 », ajoute le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques.

Enfin, le Bloc Québécois réitère sa demande pour qu’Ottawa transfère une fois pour toutes à Québec sa part des sommes prévues aux programmes fédéraux pour le déploiement d’Internet à large bande sur son territoire.