Le Bloc Québécois dépose une motion pour revoir les cibles d’immigration

Le député Maxime Blanchette-Joncas en Chambre en 2023. Crédit photo : Christian Diotte

Le Bloc Québécois a profité de sa journée d’opposition du 8 février pour déposer une motion sur l’immigration demandant au premier ministre Trudeau de consulter ses homologues du Québec, des provinces et des territoires sur leur capacité d’accueil respective. La motion fixe également une échéance de 100 jours au gouvernement pour qu’il dépose un plan de révision des cibles d’immigration respectant les capacités d’accueil qui auront été ainsi déterminées. 

« Considérer des cibles d’immigration uniquement en termes d’objectifs chiffrés ou de main-d’œuvre, c’est courir droit à l’échec : c’est faire abstraction de l’élémentaire dimension humaine, du fait que ces personnes, ces familles, cherchent à accéder à une vie meilleure pour elles et pour leurs enfants. Ayons la présence d’esprit de leur éviter d’amères déceptions en nous assurant de disposer des logements, et des ressources nécessaires, tel que l’apprentissage du français, pour les accueillir convenablement. Et la seule façon logique de procéder, c’est qu’Ottawa consulte le Québec, les provinces et les territoires, et qu’il établisse ensuite les cibles d’immigration en fonction de leur capacité d’accueil respective », signale Maxime Blanchette-Joncas. 

De plus, le député souligne que le Québec est généreux et accueillant : les nouveaux arrivants ont droit à des conditions de vie et une intégration de qualité. Jusqu’à récemment, il était presque tabou d’aborder les limites de notre capacité d’accueil. Il ajoute que la réalité nous a durement rattrapés et tous conviennent maintenant qu’on doit respecter ces limites afin de s’assurer d’une immigration réussie.

Ainsi le Bloc Québécois invite les élus de tous les partis représentés au Parlement à appuyer sa motion, et le gouvernement fédéral à agir de façon responsable et à consulter ses homologues pour établir des cibles d’immigration respectueuses et réalistes.

En complément, entrevue avec le député bloquiste. Et il est aussi question de l’industrie forestière et de la religion, qui ne peut légitimer la violence.