Industrie forestière | Le Bloc Québécois appelle à l’action

Maxime Blanchette-Joncas se lève en Chambre durant la période des questions. Credit photo: Bernard Thibodeau.

Le Bloc Québécois exige des mesures immédiates du gouvernement fédéral pour protéger l’industrie forestière québécoise qui doit éponger des tarifs douaniers importants pour traverser la frontière, aux États-Unis.

Les représentants du Bloc Québécois, notamment Simon-Pierre Savard-Tremblay et Mario Simard, ainsi que le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, ont exhorté Ottawa à prendre des mesures concrètes pour défendre l’industrie forestière contre les tactiques commerciales américaines.

Des mesures concrètes

Les trois hommes unissent leur voix pour présenter un ensemble de mesures concrètes. Ils proposent notamment un programme de prêts et de garanties de prêts pour aider l’industrie forestière à traverser la crise, à la hauteur des sommes retenues aux États unis via les taxes imposées.

Ils suggèrent aussi de redoubler d’efforts pour amender l’ACEUM afin que le processus de litiges soit mieux encadré et ne laisse plus place aux manœuvres dilatoires déloyales. De plus, ils souhaitent une demande d’exemption de taxes pour les bois issus de la forêt privée, les allégations du lobbying américain ne concernant que la forêt publique. Finalement, ils veulent la reconnaissance du régime forestier québécois fonctionnant sous le modèle des enchères et conforme aux exigences du libre-échange.

La situation est urgente

Simon-Pierre Savard-Tremblay a souligné l’urgence de la situation, déplorant l’inaction du gouvernement fédéral face à la hausse des droits de douane imposés par les États-Unis sur le bois d’œuvre canadien. « En tant que partenaire commercial clé des Américains, le gouvernement fédéral a la responsabilité d’obtenir des conditions commerciales acceptables pour les représentants de l’industrie forestière canadienne, un secteur fortement représenté par le Québec », a-t-il déclaré.

De son côté, Mario Simard a mis en lumière l’importance économique de l’industrie forestière pour de nombreuses régions du Québec, notant qu’elle représente des milliers d’emplois et une part significative des exportations. « Durement éprouvées par les grands feux de forêt de l’été dernier, nos industries forestières font face à plusieurs défis financiers, notamment un accès difficile aux liquidités », a-t-il expliqué.

Pour sa part, le député Maxime Blanchette-Joncas a insisté sur la nécessité d’une action rapide de la part du gouvernement fédéral pour soutenir l’industrie forestière. « La forêt est le gagne-pain de nombreux travailleurs et travailleuses de la circonscription de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques et du Bas-Saint-Laurent : le gouvernement fédéral doit agir de façon responsable et intervenir rapidement dans le dossier du bois d’œuvre. Pour ça, le Bloc propose des solutions concrètes », a-t-il affirmé.