Économie au ralenti au Bas-Saint-Laurent

L’année financière sera au ralenti au Bas-Saint-Laurent, surtout en 2023, du moins selon Desjardins. Le bulletin économique publié récemment met en cause plusieurs facteurs, dont la hausse des taux d’intérêt, l’inflation élevée, les problèmes qui perdureront dans les chaînes d’approvisionnement et la rareté de main‑d’œuvre.  

« Après avoir observé un rebond en 2021, la croissance économique du Bas‑Saint‑Laurent, comme celle de la province, est appelée à ralentir la cadence, surtout en 2023 », explique Chantal Routhier, économiste senior chez Desjardins. Toutefois, tout n’est pas noir.

L’emploi est remonté de 1,8 % au Bas‑Saint‑Laurent en 2021, après avoir accusé un repli de 6,1 % en 2020. Le taux de chômage a diminué de 7,0 % à 5,0 % au cours de cette période. Desjardins estime que le marché du travail demeurera en expansion cette année et l’an prochain et que le taux de chômage continuera à diminuer pour atteindre 4,5 % en 2022 et 4,3 % en 2023.

Le secteur agricole prendra aussi de l’expansion. D’ici 2024, plus de 3 M$ seront investis pour stimuler les activités avec entre autres le développement des Saveurs du Bas-Saint-Laurent.

En foresterie, notons Groupe Lebel inc. dont l’usine de production de granules de bois industriels à Cacouna créera 20 postes en plus d’en consolider 1 000. Les industries agricole et forestière devront du reste continuer de composer avec un manque de main-d’œuvre.

Dans le secteur des services, les perspectives sont favorables. En tourisme, le bilan estival de 2021 a été l’un des meilleurs des dix dernières années, selon Tourisme Bas-Saint-Laurent. Le taux d’occupation hôtelier est remonté de 37,6 % à 50,0 % de 2020 à 2021. L’année 2022 s’annonce aussi très encourageante.

L’inflation élevée, la remontée des taux directeurs et hypothécaires ainsi que les chaînes d’approvisionnement perturbées constituent autant de facteurs qui affecteront l’économie du Bas‑Saint‑Laurent. Dans ce contexte, selon Desjardins, les dépenses de consommation des ménages devraient s’affaiblir et le marché résidentiel se contracter.