Discours du Trône – Maxime Blanchette-Joncas donne une semaine à Justin Trudeau pour s’ajuster

Maxime Blanchette-Joncas Credit: Bernard Thibodeau, Service de photographie de la Chambre des Communes

Au lendemain du discours du Trône et de l’allocution du premier ministre Trudeau à la population canadienne, le député Maxime Blanchette-Joncas somme ce dernier de livrer concrètement les grands principes énoncés hier dans un cérémonial archaïque qui n’a pas sa place en temps de crise.


Comme le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, a servi un ultimatum d’une semaine au gouvernement Trudeau pour répondre à la demande du Québec et des provinces d’augmenter sans condition les transferts en santé. Le discours du Trône centralisateur pondu hier ne répond aucunement aux besoins du système de santé et des aînés du Québec.

« Le gouvernement du Québec et le Bloc Québécois sont d’accord : ce discours du Trône est un affront aux compétences et aux demandes de l’Assemblée nationale et il ne mérite pas l’appui du Québec. Le Bloc Québécois avait posé quatre conditions à son appui au discours du Trône *Hausse des transferts en santé pour couvrir 35 % des dépenses du Québec;
*Hausse de la pension de la sécurité de la vieillesse de 110 $ par mois;
*Respect des champs de compétence du Québec et des provinces;
*Pleine indemnisation des agriculteurs sous gestion de l’offre pour les brèches dans les accords commerciaux avec les États-Unis, l’Europe et la zone Pacifique.

Maxime Blanchette-Joncas ajoute que les agriculteurs et les aînés sont laissés pour compte dans cet exercice de propagande du gouvernement libéral.