Développement du tourisme quatre saisons dans le Témiscouata

Du vélo dans le Parc national du lac Témiscouata. Crédit photo: Patric Nadeau

Le Témiscouata, comme d’autres régions au Québec, développe une offre touristique tout au long de l’année, sur quatre saisons. Une façon d’offrir de meilleurs emplois et de nourrir l’achalandage dans les commerces et entreprises.

Une étude faite par Tourisme Bas-Saint-Laurent révèle que 50 % des entreprises touristiques de la région sont ouvertes toute l’année. Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent, est catégorique sur la nécessité de développer le tourisme hivernal. « Nous voulons mettre en avant l’offre de location de chalets et les bonnes tables. Il est crucial d’avoir suffisamment de clients pour embaucher des ressources tout au long de l’année », précise-t-il.

Une vision quatre saisons

Pour arriver à tout ça, il faut du soutien financier. Amélie Dionne, députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata mentionne fièrement les ambitions du gouvernement en matière de tourisme quatre saisons. Une enveloppe de 11 millions de dollars permettra d’ailleurs de développer cette offre touristique sur quatre saisons.

« Nous avons investi 300 000 dollars au parc du Mont Saint-Mathieu pour le vélo de montagne, et nous encourageons l’utilisation de la montagne toute l’année. L’idée est de s’éloigner de la monoactivité estivale et de positionner le tourisme comme une priorité pour le Bas-Saint-Laurent », explique Amélie Dionne.

Elle souligne d’ailleurs l’importance du cyclotourisme en constante augmentation, avec des projets tels que le vélo de montagne à Dégelis, la Route Verte et une piste cyclable autour du lac Témiscouata. La députée insiste sur les efforts déployés pour développer un réseau de vélo de montagne dans la circonscription, mettant en avant le sentier du Petit Témis autour du lac.

Structurer l’offre

Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent, partage son enthousiasme quant aux nombreux projets avancés ou embryonnaires dans la région. Il salue d’ailleurs l’offre hivernale maintenant offerte au Parc national du Lac-Témiscouata.

Il souligne également les nombreuses initiatives de vélo de montagne en cours : à La Pocatière, Notre-Dame-du-Portage, Rivière-Du-Loup avec « La Meute », Dégelis, Mont Saint-Mathieu, Mont-Comi, Rimouski.

« Nous travaillons à la professionnalisation du vélo de montagne, en offrant des services de base tels que l’affichage, des données pour préparer son voyage, et en développant des circuits », explique Pierre Lévesque. Il mentionne également l’importance de réseauter, soulignant le Forum Vélo qui permet aux passionnés de partager leur expertise sur l’entretien des sentiers et de même mettre en commun des ressources.

Vision 2030 : Destination affaires et plein air

La vision à long terme du Bas-Saint-Laurent, incluant le Témiscouata, est de devenir LA destination d’affaires et de plein air à l’est du Canada.

« Le volet événementiel, le tourisme gourmand, la valorisation des produits locaux, les stations de ski familiales, tout est envisagé pour diversifier l’offre touristique », explique Pierre Lévesque. Il suggère d’hiverniser les sentiers de randonnées notamment et de professionnaliser les offres locales pour les transformer en attractions touristiques. Il insiste sur la diversification des activités, du tourisme d’affaires aux tournois de hockey et à la motoneige afin que garder la région bien vivante et dynamique toute l’année.