Deux classes de francisation populaires à Saint-Jean-Port-Joli et Saint-Pamphile

Une des deux classes de francisation et Saint-Jean-Port-Joli et de Saint-Pamphile © © Facebook MRC de L'Islet

Saint-Jean-Port-Joli et Saint-Pamphile passent de la parole aux actes et lancent enfin leurs deux classes de francisation. Elles qui ont dû attendre près d’un an avant de pouvoir aller de l’avant.

Deux classes qui ont débuté le 24 septembre devraient se poursuivre jusqu’en juin prochain. Près de 25 personnes y sont inscrites pour l’heure, mais une entreprise de Saint-Pamphile serait sur le point de recevoir une dizaine de nouveaux travailleurs étrangers. « À Saint-Pamphile, il y a 11 personnes qui viennent d’une même entreprise et qui sont sur deux quarts de travail et qui vont manquer une semaine sur deux. Donc le groupe va toujours se maintenir autour d’une quinzaine de personnes », explique Maryse Fleury, agente de développement au Centre de services scolaire de la Côte-du-Sud.

Le Centre d’éducation des adultes de Montmagny-L’Islet-Nord et le Centre d’éducation des adultes de
L’Islet-Sud ont travaillé à la coordination du projet, à l’organisation des ressources humaines et
matérielles. « Ils nous ont aidé à voir où étaient les besoins et à rejoindre les travailleurs individuellement. La MRC nous à aidé d’un point de vue logistique aussi », ajoute Maryse Fleury. L’enseignante, Bianka Viel, est la ressource identifiée pour accompagner les participants. Polyglotte, psychopédagogue de formation et nouvelle arrivante dans la région de L’Islet, madame Viel comprend la réalité de ses élèves. « À Saint-Jean-Port-Joli, le groupe composé d’une quinzaine de participants est accueilli à la bibliothèque municipale. À Saint-Pamphile, onze participants se réunissent à l’école secondaire de la Rencontre » précise Maryse Fleury.

Un premier groupe de francisation est en place à Saint-Jean-Port-Joli et le second, à Saint-Pamphile. La pandémie aura quand même retardé de plusieurs mois le lancement du programme de francisation. La première cohorte devait débuter ses cours au printemps 2020. « Ce partenariat entre le CSSCS, la MRC de L’Islet et des entreprises de la région vise à accroître l’établissement durable des personnes immigrantes, particulièrement dans le contexte de rareté de main-d’œuvre actuel », soutient Mme Fleury.

© Facebook MRC de L’Islet

« Depuis l’ouverture du service d’Accueil et d’Intégration, les deux organisations ont travaillé dans un objectif commun : soutenir les travailleurs immigrants et faciliter leur intégration en développant ces services », précise la MRC de L’Islet.