Danger : Une nouvelle tendance fait place à l’intimidation des jeunes sur TikTok

Depositphotos

Des comptes anonymes prenant les noms des écoles secondaires publient des vidéos dégradantes sur le réseau social TikTok. Cette nouvelle tendance a été constatée à la grandeur du Québec et des premiers cas sont apparus dans la région de Matane. 

Les vidéos lancent des rumeurs et vont jusqu’à poster une photo de la personne. D’autres exposent même les comptes Instagram et Facebook des jeunes intimidés. 

Le montage vidéo comprend souvent un titre commençant par le mot “Expose”, suivi d’une vidéo et musique désignant la personne comme “la plus laide de l’école secondaire” ou encore “celle qui change de chum 3fois par jour” par exemple. La plupart des comptes vont jusqu’à utiliser la photo ou le logo de l’établissement pour accompagner les publications.

Plusieurs comptes ont été créés pour l’école secondaire de Matane. Le signalement des publications dégradantes permet aux régulateurs de TikTok de les suspendre mais quelques vidéos sont encore en ligne sur les réseaux sociaux. 

Acte criminel

Le phénomène qui sévit partout au Québec avec de nombreuses rumeurs homophobes ou grossophobes semble heureusement plus marginal dans notre région pour le moment.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, là où le phénomène a pris le plus d’ampleur la fin de semaine dernière, des parents ont porté plainte pour harcèlement. Le harcèlement sur les réseaux sociaux peut être qualifié de criminel au Québec. Il est passible d’une peine d’emprisonnement de 10 ans.

*Collaboration Benjamin Ducornait Arsenal Media Matane