Courir jour et nuit : Le Big Wolf’s Backyard Ultra commence demain

Une partie du trajet de 6,7 km que les coureurs vont refaire jusqu'à l'épuisement.

Le coup d’envoi de la 1ere édition du marathon d’endurance Big Wolf’s Backyard Ultra sera donné samedi matin à 8 heures.

107 coureurs en provenance de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick du Québec et de la Nouvelle-Écosse prendront le départ d’une boucle de 6,7 km tracée entre Cacouna et L’Isle-Verte. Une boucle qu’ils devront faire et surtout refaire à l’intérieur d’un délai de 60 minutes, jusqu’à ce qu’un seul et dernier coureur demeure en piste.

Les organisateurs s’attendent à être encore aux abords du circuit pendant quelques jours, peut-être même jusqu’aux petites heures, lundi! « Ça va être un mélange de monsieur et madame tout le monde avec des coureurs sélects qui vont tenir entre 40 et 50 heures. D’autres vont tenir 3-4 heures. Chacun fait sa meilleure performance » de dire Yvan l’Heureux, co-directeur de course. Cinquante coureurs sont choisis en fonction de leurs réalisations précédentes et les 75 autres, par tirage au sort. Ils sont cette année âgé de 21 à 66 ans.

La course, qui avait a été annulée l’an dernier pour les raisons qu’on suppose, fait partie d’un réseau d’une quarantaine de défis officiels similaires à travers le monde. Au Canada, seuls l’Alberta et le Québec sont accrédités pour tenir le Big Wolf’s. « Mais toujours avec 125 à 150 coureurs. On veut faire une course qui est intime », explique M. L’Heureux, qui organise aussi le Défi Everest et auquel participent 5000 personnes à la grandeur du Québec. Et la co-directrice de course, Marline Côté, est aussi responsable de l’Ultra-Trail Harricana du Canada un événement qui attire près de 2000 personnes.

« Les gens vont s’encourager. La course arrête lorsqu’il reste juste un individu en piste » explique Yvan l’Heureux (à droite). L’événement s’inspire de la course qui porte le même nom au Tennessee fondé par Lazarus Lake, dit Laz (à gauche).

Le gagnant ou la gagnante de la version québécoise de la course obtient un Ticket d’Or et se rendra sans frais à la Big’s Backyard Ultra du Tennessee.

© Big Wolf’s Backyard Ultra – Cacouna-Isle-Verte

Et courir jour et nuit!
On ne sait si les participants canadiens pourront battre le record d’endurance américain de 68 tours établi en 2018 chez les hommes et de 67 tours chez les femmes. Un record qui a d’ailleurs été battu il y a un mois en Angleterre alors qu’un coureur est demeuré en piste l’équivalent de 81 heures, précise Yvan l’Heureux. « C’est trois jours et cinq heures à courir. Ça fait 545 km d’un coup. C’est le record du monde. C’est comme le supplice de la goutte d’eau. Entre chaque tour on peut dormir un cinq-dix minutes. Il faut vraiment être quelqu’un de solide, qui est habitué à gérer son corps, son hydratation, son alimentation et son sommeil. La boucle repart toutes les heures, il faut que les gens soient sur la ligne de départ toutes les heures », souligne M. l’Heureux qui estime « qu’on va courir entre 40 et 50 heures. C’est la prédiction ». La championne canadienne, Stéphanie Simpson sera du nombre. « Elle a déjà couru 43 heures… ».

Le site sera fermé à la circulation dès 21 h 30 ce soir et le départ donné dès 8 h samedi matin. La course prend fin lorsqu’il ne reste qu’une personne en piste.

Les coureurs qui ne pourront terminer la course se voient remettre un chandail DNF (Did Not Finish) imprimé et produit au Québec, une bière d’une microbrasserie locale, une médaille de participation et leur bulletin officiel de boucles complétées.

Pour l’heure, la météo promet d’être clémente durant quelques jours.