6,8 M$ pour Océan Vert de Saint-Pacôme

© Inno-3B

Le gouvernement caquiste du premier ministre François Legault investit dans l’agriculture verticale et accorde 6,8 M$ à l’entreprise Océan Vert.

L’aide annoncée aujourd’hui par Québec doit permettre à cette entreprise détenue par Courchesne Larose et Inno-3B d’implanter deux fermes verticales destinées à la culture de légumes-feuilles et de micropousses. La première ferme verticale doit être construite dans les installations de Inno-3B de Saint-Pacôme dans le Bas-Saint-Laurent. Le projet total est évalué à près de 19 M$.

Une aide financée par trois ministères
Ce financement comprend un prêt de 4,7 M$ du ministère de l’Économie et de l’Innovation, de même qu’une contribution financière de 600 000 $ de la part du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. S’y ajoute une garantie de prêt de 1,5 million de dollars provenant de La Financière agricole du Québec.

© Inno-3B

Océan Vert n’est pas un nouveau venu du domaine de l’alimentation. Fondée en 1918, l’entreprise compte près de 400 employés dans ses installations de Montréal. C’est l’un des chefs de file canadien du secteur du commerce de gros de fruits et de légumes. Et Inno-3B, coactionnaire d’Océan Vert, conçoit et fabrique des équipements destinés à l’agriculture verticale. L’entreprise se vante d’avoir développé « une technologie d’agriculture verticale hautement évolutive qui utilise l’automatisation et la numérisation dans un environnement contrôlé. Ceci permet de cultiver des produits biologiques incroyablement frais de manière écologique et rentable. Les méthodes de croissance développées donnent des résultats prévisibles, tout en ayant une empreinte carbone réduite, une efficacité énergétique extrême et un rendement supérieur », précise Inno-3B.

Québec souhaite ainsi soutenir le développement de nouvelles expertises en matière d’innovation et d’autonomie alimentaire dans le secteur de la culture de légumes frais. François Legault lui-même a fait l’annonce aux côtés de la députée de Côte-du-Sud, Marie-Ève Proulx. « Nos régions doivent être au cœur de l’économie de demain; une économie plus innovante et plus autonome. Il faut produire une plus grande variété d’aliments au Québec, pour que l’on puisse manger québécois à longueur d’année. C’est ce dont on s’assure en investissant dans ce projet », assure François Legault, premier ministre du Québec.

© Inno-3B

Le gouvernement du Québec qui a depuis le début de la pandémie fait de l’autonomie alimentaire son mantra. Plusieurs se sont questionnés sur la viabilité de l’initiative de même que sur les moyens d’y parvenir. « En contournant l’obstacle que constituent les températures hivernales, la culture en bâtiment vertical permet au Québec d’agrandir son offre bioalimentaire. Il s’agit d’une excellente nouvelle pour les consommateurs, qui vont pouvoir se procurer des légumes feuilles de chez nous toute l’année et relever encore plus facilement le Défi 12 $ que je leur ai lancé », ajoute André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable des régions du Centre-du-Québec et de la Chaudière-Appalaches. « Ce projet rejoint l’une des priorités de la région du Bas-Saint-Laurent. C’est exactement le genre d’initiative que notre gouvernement encourage et qui met en valeur nos ressources et nos expertises locales, tout en répondant au défi de la main-d’œuvre par l’innovation technologique », conclut Marie-Ève Proulx, députée de Côte-du-Sud.