Départ canon pour le tourisme au Bas-Saint-Laurent

Sentier Les Caburons à Saint-André. @Tourisme-Bas-Saint-Laurent

Si la dernière année s’est avérée difficile pour l’industrie touristique du Bas-Saint-Laurent, la saison estivale arbore le rouge vif.

L’hiver a été ardu, mais l’été brille de tous ses feux. On bat même des records d’achalandage dans la région. Un récent sondage réalisé auprès des entreprises touristiques du Bas-Saint-Laurent confirme que les touristes du Québec et de l’Ontario ont soif de vacances. « Les visiteurs réservent deux à trois semaines plus tôt que les années antérieures et plusieurs entreprises affichent un carnet de réservation quasi complet pour le reste des mois de juillet et août », selon Tourisme Bas-Saint-Laurent.

Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent

L’embellie est bel et bien confirmée, observe Pierre Lévesque, directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent. Les visiteurs ont pris d’assaut les parcs nationaux et les campings très tôt en saison. « L’engouement pour la région qu’on sent habituellement en mai, nous l’avons ressenti en avril et même en mars. Les établissements de plein air et les chalets se sont remplis rapidement de touristes presque exclusivement québécois », poursuit M. Lévesque. La fréquentation du site Internet BasSaintLaurent.ca a progressé de 34 % en 2021 par rapport à l’année précédente. Puis, les envois postaux explosent et les bureaux d’information touristique ne savent plus où donner de la tête avec une fréquentation bonifiée de 47 % cette année.

Retrouver le monde en chair et en os

« Les entreprises touristiques de la région ont traversé une année vraiment pas facile et cette saison vient leur donner un beau gros coup de pouce, et les encourage à continuer », affirme M. Lévesque qui est en tournée dans la région depuis le début juillet et jusqu’en août. « Ça fait 18 mois qu’on parle à notre industrie par webcam. Les gens sont contents d’avoir un peu de visite. Ils sont contents d’avoir des gens dans leurs commerces et de les accueillir. C’est ce qui leur manquait depuis l’hiver. Si on se compare avec d’autres régions, on s’en est quand même bien sortis. Si le printemps 2020 a été catastrophique, on a quand même eu un été 2020 satisfaisant. Mais on ne pourra pas retrouver les chiffres de l’été 2019 », souligne M. Lévesque. Les secteurs de l’événementiel et des congrès ne se sont toujours pas remis. La réouverture des frontières devrait changer la donne, surtout cet hiver, les Américains étant friands de motoneige dans la région.

Évidemment, la pénurie de main-d’œuvre continue de plomber les ardeurs des différents acteurs de l’industrie. Ils ont été nombreux à devoir modifier leurs heures d’ouverture en conséquence, précise Tourisme Bas-Saint-Laurent. « On est très conscients que cette pénurie touche toute l’industrie touristique du Québec, pas juste au Bas-Saint-Laurent. Les touristes sont compréhensifs. On s’adapte », ajoute le directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent. Le secteur du tourisme est essentiel à l’économie du Bas-Saint-Laurent. Près de 850 entreprises y œuvrent et génèrent 7 800 emplois. Plus d’un million de touristes traversent chaque année le territoire générant des retombées annuelles de 345 M$.